Fait d'armes du 51eme en espagne - 1810 - Fuente ovejuna

"les dernières cartouches"

Récit

Au commencement de septembre 1810, La Romana s'était avancé jusqu'aux défilés qui dominent l'Andalousie; il occupait Aracena, Santa-Alla, Monasterio et Guadalcanal.

Durant son séjour dans cette contrée, il détacha 2000 hommes commandés par Morillo sur Fuente-Ovejuna (1), occupé par une seule compagnie du 51ème, forte de 96 hommes et commandée par le capitaine Billot, officier d'une bravoure bien reconnue.

Le 7 septembre, à cinq heures du matin, Fuente Ovejuna fut attaqué et cerné par la troupe de Morillo. Après une résistance énergique aux issues du village, les soldats de Billot se retirèrent dans leur quartier, le déposito, puis dans l'église, d'où ils firent plusieurs sorties à la baïonnette et de là dans le clocher.

Entourés de toutes parts, ces braves, qui soutenaient une lutte inégale depuis treize heures, continuaient à se défendre avec autant de sang-froid que de courage, quoiqu'épuisés de fatigue et manquant de munitions.

Morillo, désespérant de pouvoir vaincre cette poignée de Français, fit apporter au bas de l'escalier du clocher de vieux matelas et des ballots de laine, auxquels on mit le feu, afin d'étouffer par la fumée ceux qui se défendaient si opiniâtrement.

En effet, plusieurs d'entre eux ayant succombé, le capitaine Billot, grièvement blessé lui-même, descendit, avec ce qui lui restait d'hommes, sur le toit de l'église, où il fut forcé de se rendre après avoir brûlé sa dernière cartouche.

Les Espagnols, embusqués dans les maisons environnantes, tuaient ces soldats sans défense. Morillo, rempli d'admiration pour ces héros, fit cesser le feu, et les fit descendre de l'église avec des échelles à incendie; il ne restait plus que 50 Français, presque tous blessés, qui furent conduits, ainsi que le capitaine Billot, en Portugal, où ils furent délivrés un peu plus tard par le 6ème léger. Ils rentrèrent ensuite au régiment.

Le 2ème bataillon (Bony), envoyé au secours de cette compagnie, ne put arriver à temps à Fuente Ovejuna, qu'il trouva en flammes et évacué par l'ennemi. Les Espagnols n'eurent pas à se prévaloir de cette victoire, que plus de 200 des leurs payèrent de leur vie.

(1) Localité située à soixante kilomètres au Nord Ouest de Cordoue.